Eyepick: La start-up qui enseigne aux robots comment reproduire les tâches manuelles grâce à l’IA

Depuis juillet 2019, la start-up française Eyepick, spécialisée dans la vision par ordinateur et l’intelligence artificielle pour la logistique, propose un logiciel de robotisation permettant de manipuler des objets et d’automatiser les tâches répétitives. Entretien avec le cofondateur Mehdi Adjaoue.

Les lignes de production industrielles sont de plus en plus automatisées. Toutefois, certaines tâches nécessitent encore une intervention humaine et ne peuvent pas être mécanisées. C’est dans ce contexte qu’Eyepick intervient, offrant une solution innovante pour automatiser des tâches auparavant non mécanisables. Selon Mehdi Adjaoue, les industriels cherchent à optimiser les processus de production, mais certaines tâches ne peuvent pas être automatisées pour diverses raisons. C’est là qu’Eyepick entre en jeu.

Eyepick propose une solution permettant d’automatiser des tâches complexes, comme déplacer plusieurs SKU avec la même pince à grande vitesse, sélectionner un objet parmi plusieurs empilés en vrac, ou positionner précisément en fonction d’orientations spécifiques ou de limites de poids. La technologie Eyepick, basée sur des caméras 3D et des algorithmes d’apprentissage automatique, est flexible et facile à installer. Le système peut être intégré dans divers environnements logistiques, être compatible avec différents types de transitique et offrir une visibilité optimale sur la production.

Eyepick ne fabrique pas de robots, mais collabore avec les meilleurs acteurs du marché pour offrir des solutions clés en main. La start-up, située à Station F et à Rungis, a de grandes ambitions et compte des entreprises françaises de l’industrie agroalimentaire parmi sa clientèle.

Mehdi Adjaoue, diplômé de l’École nationale supérieure des mines de Nancy en 2016, a cofondé une start-up spécialisée dans le transfert d’argent entre la France et le Maroc. Malgré les défis, il n’a pas abandonné sa passion pour la robotique et l’IA et a travaillé sur un projet de robot-guide pour musée à l’INRA. Il a ensuite été ingénieur de recherche chez FM Logistic, où il a constaté un manque de main-d’œuvre pour certaines fonctions opérationnelles.

En mars 2019, Adjaoue développe le premier code pour un robot autonome capable d’effectuer des tâches difficiles et répétitives dans le secteur industriel. Il commence à développer une IA permettant à un robot d’apprendre à exécuter des tâches manuelles en suivant des étapes présentées en vidéo. C’est alors qu’il rejoint le programme Entrepreneur First et rencontre Andrey Besedin, ingénieur et chercheur en IA. Ensemble, ils fondent Eyepick.

Mehdi Adjaoue et Andrey Besedin, aujourd’hui directeur scientifique d’Eyepick, sont également engagés dans la transmission de leurs connaissances et de leur passion. Depuis 2018, Mehdi anime des ateliers de Machine Learning à l’École Polytechnique de Paris, tandis qu’Andrey Besedin est régulièrement invité à partager son expertise lors de conférences et d’événements scientifiques.

En reconnaissance de son innovation dans le domaine de l’automatisation, Eyepick a été sélectionnée parmi les start-ups du Future 40 en 2020. La start-up a également remporté plusieurs prix pour son innovation, dont le prix du jury de Rungis & Co en 2022. « Cela est dû à l’engagement de notre équipe composée d’experts, de chercheurs et d’ingénieurs spécialisés en technologies de pointe », conclut Mehdi Adjaoue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Press ESC to close